Guy-Geoffroy

La chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY - 13/03/2013
« QUE RESTE-T-IL DE VOS…ATOURS ? »

Pour emporter l’élection présidentielle, le candidat Hollande n’y était pas allé avec le dos de la cuillère.
Il était tout bonnement parti d’un principe bien connu et qui, malheureusement, fonctionne encore plutôt bien : « Plus c’est gros, plus ça passe ».
Bref il s’était paré de ses plus beaux atours.

Il avait ainsi surfé sur ce qu’il savait être le syndrome du désamour qui avait frappé la personne et le style, bien plus que le bilan, de Nicolas SARKOZY.

Et ça a marché, bien que la superbe campagne du Président sortant ait permis de faire mieux que limiter les dégâts dans un contexte économique très marqué par la crise qui s’était abattu dès le début du quinquennat qui s’achevait.

Il avait ajouté une petite couche soporifique, en assurant qu’il suffisait que le sortant soit écarté, et que lui, le socialiste, lui le républicain, soit élu pour que la France retrouve rapidement le chemin d’une gestion classiquement de gauche (donner toujours plus…) en balayant d’un grand revers de main l’idée que la crise soit véritablement profonde et durable.

Et ça a marché.

Le coup de grâce (non suivi de l’état du même nom….) a consisté dans ce post-scriptum (PS en abrégé…) aujourd’hui hallucinant mais benoîtement rédigé il y a tout juste un an.

Tenez-vous bien !

« Mon projet se fonde sur des hypothèses de croissance de notre économie, à la fois prudentes et réalistes. La croissance, très dégradée par la politique menée ces dernières années, pourra atteindre de 2 à 2,5% en fin de mandat ».

Vous avez bien lu : « prudentes et réalistes » !!!!

Suivaient les prévisions annuelles : 0,5 en 2012 ; 1,7 en 2013 ; 2 en 2014 ; 2-2,5 de 2015 à 2017.

Quant à l’endettement, on allait voir ce que l’on allait voir :
Après 4,5% en 2012, 3 en 2013 et, tenez-vous encore mieux !, 2,3 en 2014…….

Vous savez tous ce qu'il en est aujourd'hui de ces belles promesses: ce sera péniblement 3% fin 2014, et encore !

Comment voulez-vous que ce programme affriolant et faussement modeste et réaliste n’ait pas fini par l’emporter, de justesse de surcroît, quand on connaît par ailleurs l’acharnement systématique et unilatéral de la très grande majorité de la presse à l’encontre de Nicolas SARKOZY ?

Moins d’un an après, où en sommes-nous de ces belles promesses et de cette belle assurance ?

Moins d’un an après, candidat Hollande, « que reste-t-il de vos atours ? ».

J’ai pensé que ce petit exercice de mémoire, accompagné de quelques éléments d’information et d’analyse, toujours utiles au bon fonctionnement cérébral du citoyen, ne serait pas tout à fait de trop….

C’est pourquoi, en fonction de l’actualité, je me permettrai de vous y inviter régulièrement au fil des jours et des semaines qui nous rapprochent du 6 mai.

Je commencerai aujourd’hui par la question qui à juste titre préoccupe le plus les français, à savoir l’emploi.

Afin de lutter contre le grave problème de l’entrée des jeunes dans la vie active, la proposition 34 était sensée tout régler, grâce à la potion magique des emplois-jeunes rebaptisés pour la circonstance emplois d’avenir.

« Je créerai 150 000 emplois d’avenir pour faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi et l’action des associations, en priorité dans les quartiers populaires »

On en est péniblement à 10 000, compte tenu des conditions très étrangement étroites fixées pour les éventuels recruteurs et les futurs recrutés….
En déclarant « je créerai », le candidat Hollande a révélé au grand jour la réalité de cet engagement, à savoir le paiement, sur argent public « disponible » à crédit, de salaires non garantis par un développement de richesse généré par un surcroît d’activité économique rentable aux doubles sens économique et social du terme.

En faisant ce « cadeau » empoisonné, pour 3 ans, aux collectivités et associations, on les met, ce que nous avons pu constater sous Jospin avec les emplois-jeunes, dans l’obligation de trouver une solution pour « après », ce que, compte-tenu des décisions prises par les socialistes depuis 10 mois en direction des collectivités locales et du monde associatif, aucun employeur ne pourra garantir.

Bref, on vent de l’illusion à crédit, sans créer la moindre richesse.

Et plus dure sera la chute quand les jeunes concernés se trouveront livrés à leur triste sort, le bienveillant Etat socialiste les ayant sortis des statistiques du chômage pendant trois ans…..

Les enfants des jeunes concernés pourront payer le jour venu…..

Le « contrat de génération » prévu à l’engagement 33, ne peut bien sûr pas encore être jugé. Mais on peut subodorer, vu le dispositif « usine à gaz » mis en place, que son efficacité ne sera pas à la hauteur de l’enjeu.

La mise en œuvre effective par contre, de la 2ème partie de l’engagement 34, mérite qu’on s’y arrête.

Pour en finir avec les « cadeaux faits aux riches », le bon capitaine de pédalo déclarait :

« Je reviendrai sur la défiscalisation et l’exonération de cotisation sociale sur les heures supplémentaires, sauf pour les très petites entreprises ».

Outre le gros mensonge concernant les TPE, qui n’ont pas échappé aux coupes sombres, cet engagement, bel et bien tenu à titre symbolique dès le mois de juillet, n’a pas eu auprès des presque 10 millions de salariés concernés le bel effet attendu.

On peut même avancer que c’est l’inverse, puisque tous ces riches que constituent les ouvriers et employés du privé, les fonctionnaires en particulier de l’éducation nationale et des collectivités locales, se sont retrouvés dès fin septembre avec une diminution de leur revenu au bas de la fiche de paie, ce qu’ils ont très moyennement apprécié….
…sans que pour autant les entreprises se soient trouvées en situation de créer d’emplois supplémentaires.

Et ces mêmes salariés ainsi amputés de leur pouvoir d’achat auront droit, au titre de la double peine, à la deuxième couche que représentera, à l’été prochain, la très très mauvaise surprise de constater qu’ayant, en 2012, travaillé autant mais gagné moins du fait de nos nouveaux gouvernants, ils auront de surcroît à payer plus d’impôts sur le revenu de l’année concernée….

Résultat de tout cela, moins d’un an après, la France s’apprête à vivre un nouveau record historique, celui du niveau du chômage qui dépassera le précédent établi sous….Lionel Jospin !

Les mauvaises langues me condamneront pour jugement partial, mais je persiste et signe :

Non seulement les engagements ne sont pas tenus, mais de plus, la réalité a démontré qu’ils n’étaient pas à la hauteur des enjeux, bref que tout ceci n’était que faux-semblants et mensonges.

Et il faudra être très fort pour me faire avaler et faire avaler aux français que c’est le hasard si les trois records successifs du chômage dans notre pays ont été atteints le premier sous Mitterrand (« moi Président, la France n’atteindra pas les 2 millions de chômeurs »), le second sous Jospin, et le troisième sous Hollande….

Ce mercredi 13 mars 2013,
Guy GEOFFROY