Guy GeoffroyLa chronique estivale du député Guy GEOFFROY - 31 juillet 2013

"QUEL GENRE D'IMPÔTS ?"

Vous allez me trouver bien facétieux aujourd'hui, après quelques jours de somnolence, mais je voudrais vous parler de "genre" et d'impôts...

Genre car on voit bien monter, malgré l'été, la tension sur l'émergence et l'installation dans le paysage de nos débats de la trop fameuse théorie du "gender", autrement dit l'affirmation selon laquelle nous pourrions décider de notre identité sexuée plutôt qu'elle ne nous serait "imposée" par dame nature.

Et j'avoue ne pas comprendre ce qui anime les promoteurs de cette théorie fumeuse et hyper intellectualisée.

Qu'il y ait eu de tout temps des femmes et des hommes qui ressentent souvent très tôt un plus ou moins profond décalage entre leur sexe de naissance et leur "identité" vécue est une réalité, probablement plutôt douloureuse, qui mérite respect et pour laquelle la science doit pouvoir contribuer à soulager le tourment, s'il existe, ou à assumer une identité réelle à défaut qu'elle découle de la naissance.

Mais pourquoi ce cheminement intellectuel qui consiste à vouloir tout "sociétaliser" pour nier tout ce qui peut être inné au profit de l'acquis, qui peut être à la fois subi, et donc il fait "plaindre", ou "sublimé", auquel cas il faut "magnifier" ?

Pourquoi, si ce n'est pour prétendre que l'homme "moderne" peut tout maîtriser de son existence et de son destin, ce qui serait certainement pure folie !

Et c'est pourtant ce que persistent à faire les plus "enragés" des socialistes, souvent verbeux et prétentieux, pour lesquels LA politique, LEUR politique, possède cette vertu majeure de pouvoir tout changer au gré des nouvelles constructions idéalisées et " ideologisées" de l'homme nouveau...

J'y retrouve cette phrase terrible lue dans le programme du tout nouveau Parti Socialiste de Mitterrand en......1971, qui, prônant la prise en charge précoce de l'enfant par la société, et donc en particulier par une scolarisation systématique dès 2 ans, affirmait vouloir protéger le petit de l'influence qui pourrait s'avérer pernicieuse de....la famille !

Nous étions encore en pleine "révolution culturelle" chinoise et il fallait bien que tout le monde trouve son compte dans ce nouveau PS, auberge espagnole de toutes les aspirations "historiques" des socialistes bon teint mais aussi et surtout de tous ces gauchistes illuminés et dangereux qui n'auront jamais rien compris à rien.

Mais ce sont pourtant eux, tous ces Peillon et compagnie qui sont aujourd'hui à la manœuvre. Les insulterais-je si je leur rappelais l'énormité du volume, par millions, des drames provoqués par cette révolution culturelle en Chine et partout où elle fut exportée sous diverses formes ?

Alors je dis " halte au feu", halte à cette folie qui participe au gouvernement de la France !!!

D'autant qu'elle se double d'une schizophrénie galopante en matière de quête permanente et généralisée de recettes nouvelles, et non pas pour enfin retrouver nos équilibres mais pour continuer à gaspiller à crédit...

Ainsi entendons-nous le sieur Moscovici répéter qu'il n'est pas question de poursuivre les hausses d'impôts qui concerneraient tout le monde, ce qui est déjà l'annonce pour les infortunés qui seront concernés que la matraque est toujours à l'action, au même moment où le gouvernement évoque de manière insistante la piste de la CSG pour prétendre régler "sans effort" la question des retraites !

Il faudra être très fort pour me faire avaler que la CSG n'est pas un impôt qui touche tout le monde....!

Décidément "genre" et "impôts" sont les deux mamelles du socialisme décadent à la française !

Mais que ceci ne vienne pas troubler votre quiétude ! Tout a une fin et nous allons tout faire, dès mars prochain, pour planter le premier jalon de la raison et de l'espérance retrouvées dans notre "douce France"....

Ce mercredi 31 juillet 2013,

Guy GEOFFROY