Guy Geoffroy 2La chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY - 4 septembre 2013

" TROUBLANTES COÏNCIDENCES...."

Je suis rentré tout à l'heure de l'Assemblée Nationale très perplexe et inquiet.

Perplexe et inquiet parce que la déclaration du Premier Ministre sur le situation en Syrie a sonné " creux de chez creux " et qu'elle a été particulièrement médiocre au regard de la gravité de la situation et de l'importance de l'enjeu.

Devons-nous en effet, en guise de réponse aux légitimes questions que j'ai évoquées hier et qu'a excellemment illustrées aujourd'hui mon ami Christian Jacob au nom de mon groupe, nous contenter d'une supplique du chef du gouvernement visant à nous faire reconnaître la gravité de ce qui s'est produit le 21 août ?

Évidemment, non ! Et que Ayrault cesse de nous prendre pour des ânes en prétendant que les socialistes seraient les seuls à dénoncer l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, et pour l'essentiel probablement par le pouvoir en place.

Et qu'il cesse aussi de faire croire que seuls les socialistes ont une telle conscience du drame vécu par le peuple syrien qu'ils ont une légitimité grande ouverte à tourner le dos, par pur aventurisme et opportunisme politicien, à l'attachement de notre pays au droit international moderne que nous avons contribué à bâtir après la guerre en accédant grâce à la puissance de l'action du Général de Gaulle au rang de membre permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU, et donc de grande puissance mondiale...

En fait, le gouvernement et sa majorité ont eu un tel mal à justifier l'engagement si prématuré et mal préparé du Président de la République que leurs interventions étaient au fond assez pitoyables et m'ont fait " mal à ma Fance".

Perplexe et inquiet parce que je voulais vraiment être touché et heureux de ce qui s'est passé aujourd'hui à Oradour sur Glanes.

Mais que ce beau moment au cours duquel les deux Présidents allemand et français ont avec émotion pris la main d'un survivant du massacre s'est trouvé abîmé par ce que nos apprenions au même moment concernant les modifications décidées par le Ministre de l'Education à propos des programmes d'histoire.

Lesquels, dorénavant, se passeront d'évoquer le Général de Gaulle et la construction Européenne !

Tout simplement !

Autant dire qu'au moment où l'humanité a besoin de tourner définitivement la page des horreurs de la 2ème guerre mondiale, et où les français doivent retrouver une confiance éclairée en l'Europe de la paix et donc de l'avenir, nos génies aux commandes du Ministère de l'Education n'ont pas de meilleure idée que de rayer des références de nos petits l'évocation du chef de la France libre, créateur de notre République moderne, et celle de la formidable aventure imaginée par les pères fondateurs de l'Europe !

Et tout cela le jour où la présence à Oradour du Président allemand aurait pu inscrire une lettre indélébile de plus à la nouvelle histoire du monde ouverte par la réconciliation franco-allemande scellée, il y a 50 ans, par la rencontre fabuleuse entre le chancelier Adenauer et....le Général de Gaulle.

Les socialistes sont décidément indécrottables !

Ce mercredi 4 septembre 2013,

Guy GEOFFROY