Guy Geoffroy

Guy GEOFFROY - Député

La chronique quotidienne du député.

« LES AS DU GRAND ECART ! »
 

Incroyable ! Le Premier Ministre a tranché.

Mais ne vous rassurez pas trop vite, cette renaissance historique du Gouvernement, que l’on croyait enseveli sous les décombres de la débâcle Hollandaise, n’a été que de courte durée.

Puisque la décision a consisté à…repousser à plus tard !

Il s’agit bien entendu du feuilleton de l’écotaxe, qui a suscité tant d’atermoiements et surtout de colère, en Bretagne et ailleurs.

Ce matin, Le Ministre Le Foll, proche du Président normalement installé au fond du puits de son impopularité record, essayait de préparer le terrain en allumant les contre-feux, rappelant que la création de cette taxe datait du quinquennat précédent.

Fin en apparence, mais ridicule en réalité.

Car si l’idée d’encourager les modes alternatifs de transport pour privilégier les « circuits courts » découle de l’esprit et de la lettre des lois « Grenelle », le contexte a complètement changé et c’est d’ailleurs parce qu’il était en train d’évoluer du fait de la crise que le gouvernement précédent avait sagement décidé d’attendre des jours plus appropriés pour mettre en œuvre cette écotaxe dans la clarté et la transparence.

Alors que ce que sont en train de faire les socialistes, c’est tout bonnement de se saisir de tous les leviers de l’impôt, et d’en créer d’autres autant qu’ils le peuvent, pour pratiquer un matraquage fiscal sans précédent.

Pour la simple et bonne raison que Bruxelles s’impatiente de voir la France toujours reculer pour tenir ses engagements et que nos gouvernants sont chaque jour davantage incapables d’actionner le seul levier qui pourrait permettre à notre pays de sortir de la crise : celui de la baisse des dépenses publiques…

Je suis impatient de découvrir la réaction de nos chers écolos après ce nouveau renoncement du pouvoir. Quel argumentaire les gentils Placé et consorts vont-ils nous peaufiner pour expliquer le maintien au gouvernement, donc à la gamelle, des 2 Ministres qui les représentent ?

Comment tout ce petit monde va-t-il faire pour à la fois crier victoire, affirmer que la raison l’a emporté, tout en confirmant que l’écotaxe n’est pas morte etc, etc. ?

Il restera de cette nouvelle pantomime la formule savamment choisie par Ayrault pour résumer tous ces éléments de langage : « Suspension n’est pas suppression ».

Et voilà qu’il nous prend pour des abrutis définitifs, en plus !

En fait, il n’y a plus d’Etat, il n’y a plus de gouvernement, il n’y a plus de ligne politique.
Il ne reste qu’un magma indéfinissable où se consument les ambitions, les égos et toutes les médiocrités qui les accompagnent.

De Gaulle, qui fonda la 5ème République pour rétablir l’autorité et le rayonnement de notre pays, doit aujourd’hui cruellement ressentir combien la « certaine idée » qu’il se faisait de la France est diluée dans l’évanescence d’un pouvoir qui se contente de rester légal alors qu’il a déjà perdu toute légitimité.

Il y a bien longtemps que, devant une crise morale et politique d’une telle ampleur, l’homme du 18 juin aurait invité le peuple à se rendre aux urnes.

Mais tout le monde ne s’appelle pas Charles de Gaulle….surtout lorsqu’on est héritier d’un Mitterrand qui l’a toujours combattu, et ceci dès les jours sombres de la 2ème guerre mondiale !

Si après cela vous n’avez pas remarqué que je trouve les socialistes assez mal placés pour donner des leçons, j’essaierai d’être plus convaincant la prochaine fois…..

Ce mardi 29 octobre 2013,

Guy GEOFFROY