Guy GeoffroyLa chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY
Jeudi 06 mars 2014

« L’HEURE DE VERITE APPROCHE ! ».

Cruel et édifiant, le dernier baromètre du Figaro Magazine à propos de la popularité du Chef de l’Etat et de son Premier Ministre !

Si on peut encore parler de popularité…..

17 français sur 100 « apprécient » le Président, qui perd 5 points depuis janvier, y compris au sein de son électorat qui, désormais le rejette plus qu’il le soutient !

Ils ne sont plus en effet que 46% à gauche pour « plébisciter » celui qu’ils ont élu sur ses belles promesses et sur ses attaques fielleuses systématiques contre Sarkozy.
Alors que 53% des électeurs de cette même gauche ne lui font plus confiance.

Et tout ceci 22 mois seulement après son élection !

Quant au fusible que doit être, dans notre 5ème République reconfigurée sur le mode quinquennal, le Premier Ministre, il est bel et bien en train de sauter puisque le sieur Ayrault ne reçoit plus que 16 % de confiance et un très mauvais 39% chez les électeurs de son parti.

Le fusible n’existant plus, on comprend mieux pourquoi le courant ne passe plus entre le Président et le peuple qui l’a pourtant élu pour guider son destin.

Il s’agit d’une crise politique lourde, proche de la crise de régime si on considère que nous n’avons même pas atteint le milieu du mandat !

Et dans le même temps, contre toute attente, le Président du Sénat, Jean-Pierre Bel, annonce qu’il abandonnera en septembre la présidence de la « Haute » Assemblée en tirant sa révérence puisqu’il ne sera même pas candidat à un nouveau mandat lors du renouvellement du Sénat par moitié au début de l’automne.

Il n’a probablement pas envie de devoir quitter cette présidence du fait de la « de plus en plus » probable défaite des socialistes aux municipales qui va considérablement modifier le corps électoral sénatorial, constitué pour l’essentiel d’élus communaux. Et il préfère ne pas en être pour ne pas subir cette humiliation...

Et donc un Sénat qui changerait de majorité en septembre prochain, malgré les savants tripatouillages opérés sur le mode de scrutin dans l’espoir de le conserver à gauche.

Il faut souligner à ce propos que cette majorité sénatoriale de gauche n’existe plus que sur le papier car la plupart des textes majeurs présentés par le gouvernement sont repoussés par la Haute Assemblée et que le Premier Ministre utilise de plus en plus la procédure du « dernier mot » qui permet à l’Assemblée Nationale de mettre tout le monde d’accord et d’imposer sa loi, celle d’une majorité socialiste aujourd’hui manifestement illégitime, même si elle possède encore la légitimité « objective » tirée de l’élection législative de juin 2012.

Pour être dans la panade, nos amis sont dans la panade ! Mais ils l’ont bien cherché….

Et le pays s'y trouve aussi, et c'est beaucoup moins drôle !

Quant à nous, il serait bon de renoncer à cette stratégie loufoque de la « balle qu’on se tire allègrement dans le pied » tant il est ridicule et malsain, par exemple, de planquer des micros dans le buisson……

Sommes-nous encore assez nombreux à penser à la France et aux français plutôt qu’aux petites bassesses qui engraissent la presse qui s’en repaît et répandent un sentiment de désolation qui ne peut que faire très mal à notre démocratie ?

Sans attendre la réponse, je sais où je me situe depuis toujours et pour toujours : je ne renoncerai jamais à ma ligne d’action, qui est de faire de la politique pour servir, parce que c’est ma passion !

Ce jeudi 6 mars 2014,

Guy GEOFFROY