Guy GeoffroyLa chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY
Vendredi 7 mars 2014

« LES MUNICIPALES : LA FRANCE PEUT RELEVER LA TÊTE ! ».

C’est parti ! Depuis hier soir 18 heures, dans chaque commune, les français peuvent connaître le choix qui leur est proposé pour décider de la gestion de leur commune et de leur représentation à l’intercommunalité.

La campagne « officielle » va pouvoir commencer, mais dans les faits, elle est déjà largement engagée.

Et, comme toujours, les commentateurs multiplient les analyses, les commentaires, les pronostics, avec, en toile de fond, la question qui les intéresse le plus, à savoir l’impact politique national de ce scrutin qui reste pourtant, pour de nombreux français, très local.

Ce qui explique que partout en France il y ait depuis longtemps, ça et là, des communes dites « de gauche » qui élisent régulièrement un maire dit « de droite », et réciproquement…

Ils n’ont pas tout à fait tort !

Mais pas tout à fait raison non plus. Quoique !

En 2008, année des précédentes municipales, l’impact local du « désamour » naissant entre les français et Nicolas Sarkozy avait été assez visible puisqu’une cinquantaine de députés et sénateurs de la majorité d’alors étaient « allés au tapis » dans la commune dont ils étaient maires et qui avait grandement contribué à leur élection nationale…

Et le moins qu’on puisse dire est bien que la cote d’amour de Hollande ne vaut pas mieux que celle de son prédécesseur et je fais également remarquer que les « années Sarkozy » ont été marquées par les débuts fracassants d’une crise financière et économique qui a touché toute la planète et dans laquelle la France résistait mieux que d’autres, alors que les « années Hollande » sont celles de la reprise d’activité et d’espoir partout dans le monde…..sauf en France.

Mais ne soyons dupe de rien : au soir du 1er comme au soir du second tour, chacun interprétera le résultat à sa sauce, les socialistes n’hésitant pas, on les connaît, à transformer une défaite en demi victoire, voire plus…
On sait comment ils pratiquent au niveau national où chaque recul de notre pays est un succès….par rapport à ce que ça aurait été si c’était pire !!!

Alors oui, il faut que ces municipales soient un vrai signal donné par le peuple à ce gouvernement qui n’en finit pas de se déliter et qui, chaque jour, conduit la France à sa perte et au déclassement durable.

Car non seulement une nette majorité donnée à des élus raisonnables et loin de tout dogmatisme sera une bonne chose pour les communes et les intercommunalités qui en seront les premières bénéficiaires.

Mais bien plus, le signal politique comptera, tout comme comptera la suite logique de ce chambardement que constituera en septembre, à l’occasion du renouvellement de la moitié du Sénat, le changement de majorité de la Haute Assemblée, auquel semblent se préparer les socialistes avec la désertion en rase campagne, avant même que la bataille ait été livrée, du Président socialiste actuel du Sénat, Jean-Pierre Bel, dont la situation électorale en Ariège ne semble pourtant pas augurer un cataclysme dont il serait victime….

Oui, beaucoup de choses peuvent et doivent changer à l’occasion de ces municipales.

Un grand nombre de gestions communales, et ceci au profit des populations qui en bénéficieront.

Le rapport de force politique au niveau national, dont le Président ne pourra pas ne pas tenir compte.

Et l’espoir des français, qui peut renaître de leur audace à adresser un message direct et fort, qui fasse écho à ce qu’ils nous disent dans la rue et sur les marchés, comme ils l’ont dit à l’occasion de chaque élection partielle depuis 1 ans et comme ils l’expriment de manière persistante dans chaque sondage.

Le 23 mars, c’est 2 jours après l’arrivée officielle du printemps.

Et avec ce printemps 2014, c’est celui du renouveau de la France qui peut bourgeonner et éclore !

Ce vendredi 7 mars 2014,

Guy GEOFFROY