Guy Geoffroy

La chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY
du dimanche 6 avril 2014

« LA FUITE DE VARENNES…. »

 

A peine est-il parvenu à ses fins, à savoir accéder à la fonction très enviée de Premier Ministre de la 5ème puissance du monde, que Manuel Valls doit déjà mesurer les rapports de force avec lesquels il doit compter aussi bien au sein de son gouvernement qu’à l’intérieur du Parti socialiste et qu’au milieu des méandres d’une « majorité » parlementaire à géométrie plutôt incertaine et variable.

Au point que la possession de la citadelle de la rue de Varennes, passablement assiégée dès sa prise par notre vigoureux catalan, a quelques airs de la fuite du même nom, avec un Louis XVI casqué retranché de l’autre côté de la Seine dans une situation on ne peut plus critique.

Et qui fait pourtant mine d’avoir les choses bien en main. Quelle impudence !

A quoi avons-nous en effet assisté depuis le début de la semaine ?

A toute une série d’évènements à vrai dire assez rares quand on espère, en changeant le locataire de Matignon, changer de braquet et de perspectives et redonner un brin d’espoir à une population déboussolée et en colère.

Et pas des moindres !!

Les « Verts » qui quittent le navire sans être parfaitement au clair entre eux : la réunion de leur instance suprême, hier, nous a permis de vérifier que ce parti, qui prétend parler d’écologie et a le culot de donner des leçons à la terre entière en ce qui concerne la manière de « faire de la politique », est en fait la réplique poussiéreuse et arrogante du parti radical valoisien des 3ème et 4ème Républiques qui faisait et défaisait les gouvernements sans se soucier le moins du monde de ce que pouvaient en penser ….les français….

Ces gens-là ne sont que des petits arrivistes et carriéristes plus soucieux de leurs petites combines qu’attachés à l’intérêt national.

La gauche du PS qui renâcle dur au point que c’est aujourd’hui un groupe d’une centaine de députés qui met les points sur les « i » au nouveau Premier Ministre, le sommant de faire ce que les français, selon eux, attendent, et surtout de ne pas « finasser » avec les objurgations bruxelloises dont il serait bon de ne tenir aucune compte….

Nos créanciers apprécieront…..et auront peut-être un peu moins envie d’être conciliants à notre égard.

On ne pas dire que ces nombreux gauchistes du parti majoritaire aient ainsi tendu une perche bienveillante à leur « ennemi » intime, ce Premier Ministre « de droite » à qui ils ont élevé une barre bien haute à franchir et surtout bien branlante….

Le Front de gauche, dont les camarades communistes, attaqués de toutes parts par le PS lors de ces municipales, qui se trouve désormais délibérément et avec quelque visible gourmandise dans une opposition probablement plus virulente et frontale que celle dont nous allons naturellement faire preuve…..

Le Parti radical de gauche, australopithèque de la 3ème, qui réussit toujours autant à jouer les appoints….indispensables et qui récupère un portefeuille « plein » pour une très proche de son Président, l’ineffable patron de la « Dépêche du Midi », le sieur Baylet, dont on se souvient les accents insolites et ahurissants en faveur de la légalisation du cannabis lors de la primaire socialiste où il obtint le joli score de…1% des suffrages….

Ca promet donc mardi, lors de la déclaration de politique générale et à l’occasion du vote de confiance qui suivra !

Car, derrière ces manœuvres pitoyables qui nous écartent de plus en plus de la 5ème République et préparent la pire descente aux enfers pour notre démocratie, il y a les questions clés auxquelles Manuel Valls sera bien en peine de répondre.

Au premier rang desquelles le meilleur moyen de redonner un peu de pouvoir d’achat aux salariés.
Avec Nicolas Sarkozy, nous avions créé le dispositif visant à supprimer les charges pour les heures supplémentaires et à les défiscaliser.
Et cela avait rudement bien fonctionné !!

Tellement bien que les idéologues de la rue de Solférino ont veillé à supprimer bien vite ces dispositions appréciées par les intéressés, arguant que tout ceci ne concernait que les salauds de riches qu’il fallait enfin faire payer !

Sauf que les 9 millions et demi de salariés concernés étaient tout sauf des riches et que cette belle grosse gaffe idéologique a donné le départ de la bronca du peuple contre un gouvernement resté légal mais déjà illégitime quelques semaines à peine après avoir été désigné…

Quel sinistre gâchis !!!

Mardi, ça promet d’être « sportif »…Ca tombe bien, j’aime le sport !!!

Ce dimanche 6 avril 2014,

Guy GEOFFROY