Les élus quittent la séance sur le redécoupage des intercos géantes

 De gauche à droite : Eric Jeunemaitre (UMP), adjoint au maire de Provins et conseiller régional, Jean-Michel Morer (PS), maire de Trilport et conseiller régional, Olivier Lavenka (UMP), vice-président du département de Seine-et-Marne en charge de l’aménagement du territoire, de la politique contractuelle et de l’agriculture, Bernard Rigault (UMP), maire de Moussy-le-Neuf et président de la communauté de communes Plaines et Monts de France, Gérard Chanclud (DVD), maire de La Chapelle-la-Reine, Marie-Line Pichery (PS), maire de Savigny-le-Temple, Michel Bisson (PS), maire de Lieusaint et président de la communauté d’agglomération de Sénart, Jean-Jacques Barbaux (UMP), président du département de Seine-et-Marne, Brice Rabaste (UMP), maire de Chelles, Valérie Lacroute (UMP), députée et maire de Nemours, Jean-Louis Durand (UMP) maire de Marchémoret et vice-président de la communauté de communes Plaines et Monts de France, Roger Denormandie, président de la communauté de communes de la Bassée Montois et Nicole Radenne (UMP), adjointe au maire de Moussy-le-Neuf. (DR.)
Melun, jeudi 28 mai. Unanimes, les élus de droite comme de gauche ont quitté la séance de la commission départementale de coopération intercommunale présidée par le préfet Jean-Luc Marx. 

C’est un sujet qui fait l’unanimité à droite comme à gauche. Le redécoupage opéré par la loi Maptam des intercommunalités géantes continue de faire polémique chez les élus de tous bords. Ce jeudi matin lors de la séance de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) présidée par le préfet Jean-Luc Marx, les élus, ont claqué la porte.

Jean-Jacques Barbaux (UMP), président du conseil départemental ou encore le président de Plaines et Monts de France Bernard Rigault (UMP) ont souhaité mettre à l’ordre du jour de la séance le vote d’un vœu destiné à « défendre l’intégrité de la Seine-et-Marne ». Après avoir essuyé un refus du préfet et demandé une interruption de séance, tous les élus ont quitté la séance pour marquer leur position, contraire à celle proposée par le préfet de région. En effet, rien n’est encore acté concernant le rattachement de Melun-Sénart à l’intercommunalité essonnienne d’Evry ou encore celui de Chelles au Grand Paris et enfin des 17 communes de Plaines et Monts de France au Val-d’Oise.

« Notre fil rouge c’est de maintenir l’intégrité du département. La loi Maptam n’engendre aucune compensation à la perte de ces communes qui resteront pourtant à la charge du département en ce qui concerne les équipements ou encore le RSA. Nous considérons aussi que les populations devraient être consultées sur la question », explique Jean-Jacques Barbaux. Le préfet qui s’est déclaré « ouvert à la discussion » convoquera une prochaine commission départementale le 10 juin. « Ce n’est pas le lieu pour voter un tel vœu, la CDCI ne peut pas influencer la carte proposée par la commission régionale (CRCI). Par contre une fois les délégations désignées pour siéger à la CRCI, il y a encore un moyen pour ces élus d’agir en maîtrisant le chemin des dossiers dans les mois à venir », a assuré Jean-Luc Marx. La prochaine CRCI se tiendra le 10 juillet.