Chelles. Cet espace situé entre l’avenue de la Résistance et le parc du Souvenir sera entièrement repensé à travers le projet municipal des « Jardins de Cala ». LP/A.A.

La nouvelle église s’ouvrira sur un parc
du Souvenir réaménagé

À vélo ou à pied, les Chellois qui empruntent la place située entre le parc du Souvenir et l’avenue de la Résistance prêtent peu d’attention au décor. Et pour cause : encadré par des palissades blanches et des murs ternes, le lieu ne présente pas une grande valeur esthétique. Un constat qui devrait changer dans les prochaines années grâce à deux projets d’envergure, portés respectivement par le diocèse de Meaux et la municipalité.L’entrée de la nouvelle église (représentée sur cette image) donnera sur les Jardins de Cala. Mairie de Chelles.

La chapelle Sainte-Bathilde, l’un des trois lieux de culte catholique de la commune avec la chapelle de la Roseraie et l’église Saint-André, sera détruite pour être remplacée par un centre ecclésial. « À Chelles, les lieux de cultes vieillissent mal, détaille le curé Philippe de Kergorlay. Surtout, ils sont trop petits. Cette paroisse peut accueillir 350 personnes. Mais parfois, 100 ou 150 personnes doivent rester debout. » La nouvelle église comptera 800 places. S’y ajouteront des logements pour prêtres et séminaristes ainsi que des salles de conférences. Estimé à 8 M€, le projet sera financé par le diocèse et par un appel aux dons. « On espère une inauguration pour le 30 janvier 2020, jour de la Sainte-Bathilde », confie le chef de projet Fabrice Fontaine.

 

La chapelle Sainte-Bathilde sera détruite pour être remplacée par un centre ecclésial. LP/A.A.

Contrairement à la chapelle existante qui donne sur l’avenue de la Résistance, la nouvelle église s’ouvrira vers le parc du Souvenir. Car le projet du diocèse s’articule avec celui des « Jardins de Cala », porté par la municipalité. Une fois élu, le maire Brice Rabaste (LR) a fait interrompre un chantier de construction de logements sociaux entamé sous l’ancienne majorité à proximité du parc. Une décision contestée par l’opposition mais qui permet aujourd’hui à la municipalité d’utiliser l’emprise dégagée pour agrandir l’espace vert et le réaménager. Au total, le parc du Souvenir, qui s’étend actuellement sur 50 000 m2 gagnera plus de 2 000 m2.

 

Alexandre Arlot

 

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 09 novembre 2016)